Dans notre article sur le budget de la commune, nous vous avons expliqué le problème structurel auquel Le Fauga fait face : pas assez de revenus (en terme d’impôts, de dotations, etc.) par rapport à son nombre d’habitants. Le fait de vouloir développer fortement l’habitat en pensant que ça justifierait le maintien de l’école et/ou que ça amènerait des revenus suffisants pour les services est un non sens.

D’abord parce que c’est l’école qui doit suivre la courbe de la population, et pas l’inverse.

Ensuite parce que l’installation d’un nouvel habitant s’accompagne de services à lui apporter qui ne peuvent être couverts par un simple apport de taxe foncière ou de taxe d’habitation. Quand il s’agit de densifier fortement une zone d’immeubles, ça se justifie par la multiplication des revenus avec la hauteur. Mais sur des quartiers épars comme au Fauga, ça sous-entend du développement et de l’entretien de voirie pour une poignée de personnes, avec un territoire qui s’étend et des agents municipaux qui ne multiplient pas. Ça peut sous-entendre d’apporter et de payer la lumière, une utilisation accrue de l’assainissement qui oblige à surveiller les investissements, le développement des réseaux au sens large, etc.

Conclusion : il faut augmenter les revenus de la commune et pour ça, à part les impôts des particuliers, il y a surtout une solution logique : le développement économique.

Le développement économique est écologique

Le Château de la Mandre

Le Château de la Mandre au Fauga : un patrimoine inestimable qu’il faut préserver de lotisseurs indélicats.

Le titre paraît contradictoire mais c’est un fait : la tendance est à la « démétropolisation », c’est à dire au transfert des emplois des grandes villes vers la ruralité. Pourquoi? Trois raisons essentielles :

  • Rendre un peu de vie à la campagne;
  • Éviter que des salariés n’obstruent tous les matins et soirs la route en proposant des emplois à côté de chez eux;
  • Le gain en qualité de vie.

De fait, l’impact écologique est certain puisque moins de monde sur les routes signifie moins de pollution. Nous, nous souhaitons y ajouter la consommation locale pour enfoncer le clou vert dans le dynamisme du village.

Notre intention est d’offrir des opportunités à des professionnels (artisan, commerçant, industriel, services, etc.) pour venir s’installer. Leur venue se traduirait par des revenus en impôts supplémentaires, plus de clients pour les commerces sur place, du dynamisme et du passage sur le village, ce qui est positif en matière de sécurité, etc. Par ailleurs, plus on offre à la population des services locaux, et moins ils ont à se déplacer pour aller les chercher. Le local est au service de l’écologie.

Notre équipe, avec son pôle de dirigeants d’entreprises, est sensible à cette question

Lors de nos rencontres avec les Faugatiens, nous avons eu la confirmation que beaucoup de projets professionnels proposés avaient été refusés par la municipalité en place (depuis toujours).

Il est apparu qu’effectivement dans son PLU, la municipalité actuelle avait tout axé sur une augmentation massive des habitations, au point de vouloir transformer des zones de développement économique précieuses en zones à lotir (Cf. rapport du commissaire enquêteur, page 26 et 27), heureusement refusé par l’autorité. Mais le constat est quand même là : la démographie explose (article Wikipedia).

L’accompagnement du rachat des locaux d’Air Méditerranée a également été inexistant, ce qui au final a abouti à la construction de nouveaux ateliers (600 000 euros) parce que la mairie n’a pas su nouer un partenariat avec l’acheteur pour partager du stockage (alors que ce dernier avait fait le premier pas).

Or précisément, la reprise de locaux vides, la réhabilitation de maisons abandonnées dans le centre, ce sont autant de partenariats qui peuvent être mis en place pour à la fois restaurer le patrimoine et apporter les services utiles aux Faugatiens. Il ne s’agit pas de faire venir Amazon, il s’agit ici et là de porter des projets professionnels, ici une boutique de producteurs locaux, là un atelier d’outils de précision, là pourquoi pas un centre de massages, etc. autant de petits ilots qui ne dénatureraient en rien notre village mais qui lui donneraient un peu de cohérence et d’équilibre économique.

Dans notre article sur le Muretain Agglo, nous expliquons cette vision dans le contexte des grands projets de territoire.

Categories:

Pas encore de réponses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires récents