Notre réunion du 4 mars aura été l’occasion de vous expliquer la situation de la commune en matière de budget.

La dette de la commune dépasse 1,7 million d’euros, le même niveau qu’il y a 6 ans. Dans le même temps, elle a encore perdu des revenus des professionnels. Nous vous expliquons ici le côté budget :

L’ensemble des données évoquées ici, sauf indication contraire, sont relatives à 2018 (dernier budget disponible) et sont disponibles sur le site impots.gouv.fr

La dette par habitant (montant de la dette du village divisé par le nombre d’habitants)

Graphique de la dette par habitant

La dette par habitant du Fauga comparée à celles des villages alentours.

Même si la dette du Fauga par habitant (840 €) est légèrement supérieure à la moyenne nationale (aux alentours de 700 €), elle est nettement plus élevée que toutes les villes / villages autour. Mais ce n’est pas en cela que notre commune se distingue…

Revenus par habitant (montant des revenus du village, comme les impôts fonciers et les dotations, divisé par le nombre d’habitants)

Graphique du revenu par habitant du Fauga

Le revenu par habitant au Fauga est très insuffisant.

A l’inverse, notre revenu par habitant (472 €), est nettement plus bas que les villages environnants surtout que la moyenne nationale (913 €) : plus de moitié moins. Vous observerez que ces tendances existent depuis des années. Et il en découle naturellement des difficultés à gérer la dette.

Nombre d’années de dette (nombre d’année qu’il faudrait pour tout rembourser avec le niveau de revenus actuel)

Nomre d'années dendettement du Fauga en comparaison des villages autour

Le nombre d’années d’endettement du Fauga par rapport à ses capacités de financement est bien plus élevé.

La moyenne nationale est de 10 ans, celle des villes / villages autour beaucoup moins, Le Fauga dépasse les 18. Le budget de la commune est fortement handicapé car il dépend quasi exclusivement des ressources en taxes d’habitation et foncières, en dehors des dotations et autres subventions. Or la variété des revenus (impôts professionnels, revenus locatifs, énergie verte, etc.) est nécessaire pour assurer et développer les services aux habitants.

Avant le début du dernier mandat, en 2014, la situation était très insuffisante. Avant le début du prochain, le constat est encore plus criant (perte successive d’Air Méditerranée et du Fournil gourmand, arrêt du Château de la Mandre, restaurant « La Source » en cours de vente, etc.).

La gestion de « bon père de famille » jusque là de la commune s’est traduite par :

  • Des emprunts à répétition (le dernier de 500 000 € fin 2017 pris pour 20 ans);
  • Des investissements improductifs en revenus ;
  • Des choix stratégiques incohérents (difficulté pour financer les extensions utiles de l’école et investissement dans une médiathèque alors qu’il en existe une à Muret et une à Lavernose) ;
  • Des économies sur le fonctionnement toujours plus drastiques pour pouvoir assumer des choix non concertés (jamais la population n’est interrogée sur les opportunités de choix de développement) et discutables (Cf. point précédent).

Dans notre article sur le développement économique, nous revenons sur ce constat et vous expliquons notre vision.

Categories:

Pas encore de réponses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires récents